haut de page humanair

Foire aux questions

Toutes les réponses à vos questions

 

Vous débutez un traitement pour vos troubles du sommeil ou insuffisance respiratoire chronique et vous avez quelques interrogations concernant votre pathologie ou votre dispositif médical?

Vous trouverez ici les réponses aux questions les plus fréquentes.

Généralités

Ai-je la liberté de choisir mon prestataire de santé à domicile PSAD ?

Selon le code de la santé publique, vous êtes libre de choisir votre prestataire de santé à domicile. Il  peut cependant, vous êtes recommandé par votre prescripteur.

Combien de temps faut-il pour s'habituer au traitement ?

Un grand nombre de patients constate une amélioration en début de traitement et ce dès la première nuit. Si ce n'est pas votre cas, soyez patient et perséverez. Vous vous habituerez au traitement après 1 à 2 semaines seulement.
 

Dois-je utiliser mon appareil souvent ?

Portez quotidiennement votre appareil PPC sur toute la durée de votre sommeil pour profiter
pleinement des bienfaits du traitement. Tout arrêt fera réapparaître les symptômes
de l’apnée du sommeil. Il est recommandé de porter votre appareil durant la sieste également.

En cas d'hospitalisation, est-il nécessaire d'emporter mon appareil à l'hôpital ?

Oui. L'arrêt du traitement risque de prolonger votre convalescence et votre état général de santé peut se dégrader. En cas d'intervention chirurgicale, il est important d'indiquer au chirurgien et à l'anesthésite que vous suivez un traitement.

Vous devez aussi informer le médecin et votre conseiller respiratoire de votre durée d'hospitalisation.

Est-ce que je peux suivre mon traitement si j'ai un rhume ?

Si vous souffrez d'une infection des voies aériennes supérieures, de l'oreille moyenne ou des sinus, vous devez consulter votre médecin avant de poursuivre votre traitement.

Il m'est arrivé d'avoir des problèmes au contrôle de sécurité de l'aéroport à cause de mon appareil de traitement par PPC. Que dois-je faire dans ce cas ?

Pensez toujours à emporter le document de "certificat de douane" dans lequel est stipulée la nature médico-thérapeutique de l'appareil. Demandez-le auprès de votre prestataire avant votre voyage.

J'ai un peu peur d'utiliser l'appareil. N'y a-t-il pas danger d'inhaler à nouveau l'air expiré ?

Une "valve d'expiration" est située directement sur le masque et le tuyau. Il s'agit d'un matériel poreux laissant passer l'air, d'une fente circulaire ou d'un simple trou garantissant une évacuation optimale de l'air expiré. Même avec un masque facial, vous pourrez expirer normalement.

Je commence un traitement, comment se passe ma prise en charge ?

Notre service administratif s’occupe des démarches auprès de votre caisse d’assurance
maladie et de votre organisme complémentaire. La sécurité sociale prend en charge
la prestation au taux commun 60 % et à 100 % sous certaines conditions si les soins sont
en rapport avec une affection de longue durée. Le ticket modérateur de 40 % peut être
pris en charge par la mutuelle en fonction de votre contrat de garanties, rubrique « petit
appareillage ». Pensez à mettre vos droits à jour sur votre carte vitale et nous prévenir
en cas de changement de mutuelle.

Je dois prendre l’avion, que dois-je faire ?

Prévenez au préalable votre prestataire pour recevoir un certificat à présenter au service
de sécurité. Les appareils sont agréés par la FAA. Prenez votre appareil en bagage cabine
uniquement. Reportez-vous à notre rubrique « Je pars en voyage-Avion ».

Je pars à l'étranger. Est-ce que je peux utiliser mon appareil dans d'autres pays ?

Oui, ces appareils peuvent fonctionner sur du 110-240V, 50-60 Hz, mais notez cependant que vous devez utiliser un adaptateur approprié pour les prises de courant du pays dans lequel vous vous rendez.

Le fait de ronfler est-il toujours néfaste pour l'organisme ?

Pas obligatoirement, tant que cela n'est pas associé à d'autres symptômes comme les céphalées, l'irritabilité, trouble de la libido, nycturie, hypertension artérielle. Dans ce cas vous devez consultez votre médecin afin d'établir un diagnostic. Vous souffrez peut-être du syndrome d'apnée du sommeil SAOS.

Le traitement va-t-il entraîner une perte de poids ?

Cela est possible car vous devriez vous sentir plus dynamique et plus motivé pour prendre part à des activités. Cependant, une perte de poids définitive nécessite des changements profonds et permanents en matière d'exercies physiques et d'habitudes alimentaires.

Les arrêts de la respiration sont-ils toujours dangereux ?

Même les gens en bonne santé connaissent des pauses respiratoires pendant la nuit. Ce qui entre en ligne de compte c'est la fréquence et la durée des arrêts de la respiration. Au delà de 5 arrêts par heure d'une durée supérieure à 10 secondes, un traitement est fortement conseillé.

M'est-il possible de poursuivre mon activité professionnelle malgré une apnée obstructive du sommeil ?

Une prise en charge de votre apnée du sommeil par PPC améliore votre sommeil et votre qualité de vie. Les symptômes comme la baisse de la vigilance , mauvaise concentraion et problèmes de mémoire doivent disparaitre avec le port de l'appareil.

Ma tension artérielle va-t-elle s'améliorer au démarrage du traitement ?

Oui c'est possible cependant il ne faut pas modifier votre traitement médicamenteux sans consulter votre médecin.

Peut-on guérir l'apnée du sommeil ?

Dans la majorité des cas, il s'agit d'un traitement à vie. Une réduction du poids entraîne très souvent une nette amélioration de la santé du patient.

Qu'est-ce qui augmente le risque d'apnée obstructive du sommeil ?

Les patients ayant une surchage pondérale sont particulièrement menacés. Le risque augmente également avec l'âge. La consommation excessive d'alcool et la prise de tranquillisants (et de somnifères) sont à éviter.