humanair médical

Témoignage de Dr Jacques L.

Le 21/12/2012

Autres témoignages

Mme Sztand..

13/12/2016

Mme Sztandera, patiente suivie par nos conseillers Humanair depuis 2006 témoigne de l'intérêt de se traiter pour l'apnée du sommeil. Elle partage son expérience de mise en route de la ppc et du masque, période clé de la réussite du traitement.

Mr Roger Gib

12/12/2016

Témoignage d'un patient traité pour son apnée du sommeil et appareillé par Humanair depuis 2006 par une PPC. Le patient met en avant les bienfaits de son traitement, les améliorations dans sa vie quotidienne et l'intérêt de se traiter sans hésiter une seconde.

Mr Axel de Ma.

09/06/2015

Je tenais à remercier la société Humanair médical pour avoir installé une relation patient praticien très conviviale et professionnelle. Le rappel des symptômes des apnées nocturnes a été très claire et la prise en main de la machine très bien expliquée.

Aujourd’hui je dors avec la machine depuis 15 jours, et je commence à en ressentir les bienfaits. Je dors profondément, et commence à récupérer le sommeil en retard. Si je me surprends à dire dans la journée : « je suis fatigué », ce n’est qu’un réflexe car  je ne ressens plus de fatigue diurne.

Si j’ai eu une appréhension sur la tenue du masque durant la nuit, elle a disparu, ce n’est plus qu’une formalité. Le rapport inconvénient d’avoir un masque sur le nez  / effets positifs de la machine : est très faible.

Mr Frédéric B.

02/04/2015

La première visite est essentielle.

Lire la suite

Mr Poncet

27/01/2015

Voici le témoignage en vidéo de la vie au quotidien de Philippe Poncet, sportif et malade BPCO sous oxygène.

Mr Claude Ha.

20/10/2013

Humanair, c'est pas qu'un courant d'air!

les autres faisaient signer leur contrat et puis pfttt..

Là, la personne explique, prend le temps de discuter, repasse régulièrement.

Dr Olivier B.

21/12/2012

Le rapport avec Humanair est très gratifiant: je gagne du temps et surtout en efficacité.

Lire la suite

Mr Bernard B.

21/12/2012

Humanair c'est magique! Mon premier appareillage avait pourtant été un échec.

Lire la suite